Études de cas

La petite esclave: source de restauration

Hello,

Les porteurs et porteuses de Vie. Ravie de vous retrouver en bonne santé et en paix avec Dieu, je souhaite !

Aujourd’hui, nous sommes dans la catégorie « Etude de cas ». Il s’agit de nous intéresser à la vie des personnages bibliques afin de nous en inspirer.

En parcourant la Bible, j’ai fait une remarque : toutes les fois où le peuple de Dieu a été mené en esclavage, il a toujours fait la différence, leur potentialité s’est toujours manifestée et il fut même une solution pour leurs bourreaux. Entre plusieurs, je cite Joseph vendu comme esclave en Egypte, fini par être celui qui fit sortir cette nation d’une crise économique, Daniel aussi était mené comme esclave à Babylone, fut une solution pour celle-ci.

Porteur de solutions

Dans cet article, je parle d’une esclave qui ne fait pas la une de nos prédications. Pourtant elle fut « une évangéliste » dans la maison de son maître.

En effet, dans le livre des Rois, la Parole de Dieu nous parle d’un homme nommé Naaman. C’était un général qui avait remporté beaucoup de victoire, ce qui lui a valu la faveur de son supérieur. Cependant,  il était lépreux et, aucun de ses  privilèges n’a pu le purifier de cette maladie humiliante. C’est dans ce contexte que l’on voit la manifestation de la petite esclave dont le nom n’est même  pas mentionné. Elle est présentée comme étant au service  de la femme de Naaman. Un jour, celle-ci dit à sa maitresse :

« Oh ! Si mon seigneur était auprès du prophète qui est à Samarie, le prophète le guérirait de sa lèpre ! » (2 Rois 5 V 3)

Cette petite fit un constat dans la maison de ses maîtres, du moins Dieu lui révéla le problème de ces derniers. Et ses pensées furent immédiatement tournées vers sa source : le prophète qui guérit, mais c’est le Dieu du prophète qui guérit.

D’une part, nous sommes en face d’une petite fille qui avait reçu une éducation qui lui inculqua ce dont le Dieu du prophète (le Dieu de sa nation) était capable : guérir les maladies incurables. D’autre part, cette éducation lui est restée ancrée, même en captivité, elle croyait que la solution ne pouvait venir que de son Dieu. Son attitude nous laisse percevoir que ses parents ont tenu compte de cette parole de l’Ecriture : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. » (Proverbes 22 V 6).

Par ailleurs, c’était vraiment son cœur d’enfant qui s’exprimait sans rancune ni amertume. Elle a spontanément donné la solution. C’est ce cœur que le Seigneur Jésus nous demande d’avoir quand il disait : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. »  Et ajoute à la partie b de Matthieu 19 :14: « car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. ».

Les circonstances contraires n’ont pas eu raison de la foi de cet enfant. Alors, comme cet enfant, ne laissons ni des circonstances ni des personnes nous dénaturer au point de priver les autres de la solution qu’on peut être. Cet enfant n’en a pas voulu à Dieu de l’avoir laissée être esclave, loin de ses parents.  Elle n’a pas perdu foi en ce Dieu qui guérit par les prophètes. Mais au contraire, elle a fait connaitre son Dieu dans cette maison.

L’autre évangéliste

Je vois en son attitude une bonne méthode d’évangélisation : nous pouvons saisir le besoin des autres pour les orienter vers Jésus qui est la Solution à toute situation. Si c’était à notre époque, cette petite aurait pu dire : ah ! Jésus peut guérir mon patron ou si mon patron part chez mon pasteur, et qu’il prie pour lui au nom de Jésus, il sera guéri. Généralement, Dieu nous envoie des gens avec des besoins, en réalité, ces besoins ne sont que des portes d’entrée pour que nous puissions leur annoncer la Bonne nouvelle du Christ. Puissions-nous saisir ces occasions.

Etablis pour porter du fruit

Notons que les difficultés ne manqueront jamais, souvent, elles essayeront de défier notre foi en l’intégrité de Dieu. Mais quoi qu’il en soit sachons que Dieu reste bon et fidèle qu’elle soit la « captivité » dans laquelle nous pouvons nous trouver, et il est capable de nous rendre productifs dans le lieu de notre affliction. Cela me rappelle l’Apôtre Paul qui nous donne l’exemple dans sa lettre à Philémon: « Je te prie pour mon enfant, que j’ai engendré étant dans les chaînes, Onésime, qui autrefois t’a été inutile, mais qui maintenant est utile, et à toi et à moi.  Je te le renvoie lui, mes propres entrailles.» (Philémon 1 :10-11). Donc c’est avec expérience qu’il pouvait écrire Romains 8 :28,  en nous rassurant que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu…

Ayant la semence de Dieu en nous, nous pouvons produire du fruit partout, que les conditions soient favorables ou pas.

La suite des évènements nous laisse entrevoir que Naman a écouté sa femme qui avait pris en compte les paroles de sa servante. Car, la Parole de Dieu nous rapporte ceci :

2 Rois 5 V 14-15 :

Il (Naaman)  descendit alors et se plongea sept fois dans le Jourdain, selon la parole de l’homme de Dieu ; et sa chair redevint comme la chair d’un jeune enfant, et il fut pur.

Naaman retourna vers l’homme de Dieu, avec toute sa suite. Lorsqu’il fut arrivé, il se présenta devant lui, et dit : VOICI, JE RECONNAIS QU’IL N’Y A POINT DE DIEU SUR TOUTE LA TERRE, SI CE N’EST EN ISRAËL.

Après ce miracle, Naaman prit une autre décision, il dit à au prophète Elysée dans 1  Rois 5 : 17-19 :

Ton serviteur ne veut plus offrir à d’autres dieux ni holocauste ni sacrifice, IL N’EN OFFRIRA QU’A L’ETERNEL. Voici toutefois ce que je prie l’Eternel de pardonner à ton serviteur. Quand mon maître entre dans la maison de Rimmon pour s’y prosterner et qu’il s’appuie sur ma main, je me prosterne aussi dans la maison de Rimmon : veuille l’Eternel pardonner à ton serviteur, lorsque je me prosternerai dans la maison de Rimmon !  Elisée lui dit : Va en paix.

On pourrait dire que Naamn a reconnu le Dieu de sa petite servante et s’est converti.

Attention au mépris !

Une autre chose qui m’a intéressée dans cette histoire, c’est l’attitude de la femme de Naaman. Elle semble une femme humble qui écoute, ce qui a certainement donné le courage à cette petite esclave de lui parler. Et elle n’a pas rejeté ce qu’elle lui avait dit, le résultat fut la guérison de son mari. Quelle joie dans la maison !

Cela nous interpelle tous dans nos rapports avec les autres, surtout avec ceux qui sont à nos services. Autant que possible ne méprisons personne car toute personne quel que soit son statut, est importante, voire indispensable. Dieu peut passer par une n’importe qui pour nous faire du bien.

Que le Seigneur nous donne la grâce de ne pas rater notre temps de visitation à cause des apparences trompeuses.

Seigneur, ferme nos yeux physiques devant les personnes qui se présentent à nous, et ouvre nos yeux spirituels afin que nous puissions les voir comme tu les vois. Au nom puissant de Jésus-Christ. Amen !

Crédit photo: pexels 

Le Rhema, il y  a la vie en ce que nous vous apportons !

À propos de l’auteur

Je suis le produit de l'amour de Dieu, je suis enfant de Dieu par la grâce de mon Sauveur et Seigneur Jésus Christ❤
Je suis citoyenne du Royaume des cieux 😊, résidant au Burkina Faso, l'une des représentations de ce Royaume 😄.
Juriste publiciste de formation. J'ai une petite fibre d'entrepreneure ( ailleurs, quelqu'un pourrait dire que j'ai été sa restauratrice)
La cuisine🍛 est aussi l'une des choses que je fais avec beaucoup de plaisir autant que la lecture et l'écriture✍.
Il y a également ce rêve qui grandit en moi de jour en jour: être les pieds de Jésus auprès des prisonniers... être ses bras qui font des câlins aux internés des centres de désintoxication et psychiatriques... afin de les apporter ma petite touche pour la restauration du divin en eux et leur réinsertion dans la société.
Un jour, si j'ai l'opportunité, j'aimerai bien servir dans l'humanitaire.❤
Actuellement, j'apporte ma petite contribution à un centre d'édition et de publication des œuvres chrétiennes.

2 commentaires

  1. Lydie Wendkuuni a dit :

    Merci pour ces lignes porteuse de vie.
    Porteuse de révélation.
    Je reviendrai avec des témoignages par la grâce de Dieu après ce que j’ai lu et appris de la nouvelle évangéliste.
    Merci Audrey❤️

    1. J’ai hâte de lire ces témoignages à la gloire du Père, ma chère porteuse de vie. Puisse le Seigneur te permette d’en porter beaucoup.
      Merci d’avoir lu l’article.
      Bénédictions ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *